Un jour de mai 2001 aux Bréviaires..., été 2004

Un jour de mai 2001 aux Bréviaires…



C’est par une belle journée de mai que j’ai découvert le centre équestre des Bréviaires ; il y flottait une légère ambiance estivale, les prés verdissaient et la douceur me comblait.
Emmenée par un ami pour aller faire une balade « sans guide », je me hâtais de découvrir cet endroit où, il parait, « la forêt est superbe et les proprios super sympas ». Effectivement, Philippe me conseilla « Lungta », une jolie pur-sang anglaise, et nous partîmes pour deux heures de promenade endiablées.
Tellement emballée par le côté familiale, accueillant et décontracté du centre équestre des Bréviaires, que je ne trouvais plus dans aucun centre en région parisienne, je décidais de revenir toutes les semaines jusqu’au jour où je me décidais à prendre une demi-pension, «Koliakoff de son nom, heureux cheval de Valérie.

Mais ce n’est pas là que commença ma véritable épopée au centre équestre des Bréviaires…il a fallu que j’attende un certain jour d’octobre pour découvrir dans un grand box une petite jument, pouliche du haut de ses six ans, légèrement curieuse et intriguée, sur laquelle j’ai littéralement craqué.
Les jours ont suivi jusqu’à ce que Sébastien me demande si je voulais être « cobaye » pour débourrer « la jument ». L’expérience, nouvelle pour moi, m’emballa et avant même d’avoir enfourché cette terrible bête, je décidais de l’acheter.
Je reconnais maintenant que ma décision fut peut être trop hâtive, mais n’ayant pas pour habitude de regretter mes choix, je m’acharnais.
L’entreprise fut plus délicate que je ne le croyais, car Hermione (c’est ainsi que je l’ai baptisée) s’est avérée être une jument pleine de punch et de courage (mais surtout de punch !).
Je me suis aussi surtout rendue compte que travailler un jeune cheval est une expérience très difficile quand on a l’habitude, comme moi, que de chevaux dressés et compatissants ; Hermione n’a pas du tout eu envie de me faire plaisir pendant quelques mois et elle a bien su profiter de ma clémence et de ma naïveté.
Malgré tout, et avec l’aide de bras et de têtes pensantes comme Philippe et Sébastien, quelques trois années plus tard, Hermione a progressé et me donne aujourd’hui entière satisfaction.
Elle a surtout grandi, physiquement et mentalement et a réussi à m’accepter comme son amie plutôt que comme sa rivale.
Elle garde toujours un caractère « bien trempé » qui me vaut quelques hésitations et refus en forêt mais nous avons su cultiver toutes les deux (avec la saine participation de Sébastien) sa franchise à l’obstacles et son agréable locomotion.
Hermione est heureuse avec ses deux juments de pré, Violetta et Tarolina, avec qui elle coule des matinées paisibles, tous les jours de la semaine.

 




Cette petite histoire pour dire que le centre équestre des Bréviaires est un lieu où il fait bon vivre et où je prends toujours autant de plaisir à aller monter et discuter (car, il faut le dire, nous y discutons beaucoup).

Merci à Philippe, Heike, tous les palefreniers et Sébastien sans qui cette lourde tâche d’éducation serait encore plus difficile aujourd’hui…


Bérengère