Hommage à ODIN, automne 2004

 


A Patricia et Thierry.

 

J'étais un beau cheval, fier et élégant.

Je suis mort comme j'ai vécu, avec classe et dignité. Derrière un bosquet, pour que personne ne me voie, un dimanche pour que tous ceux qui m'admiraient le sachent et s'apitoient et s'indignent pour moi. J'étais un cheval cabotin, et j'aimais qu'on me remarque (tant mieux d'ailleurs, car ils étaient nombreux à me regarder).

Mais c'est surtout pour vous que j'ai choisi de partir un dimanche, pour toi Patricia qui me chérissait tant, pour toi Thierry qui était si fier de moi, pour que vous deux qui avez tant illuminé ma vie, vous soyez près de moi à mon dernier instant.

 Prenez vite un de mes congénères, vous avez tant d'amour à lui donner ! Ne croyez pas que je puisse en être jaloux, oh non, bien au contraire ! Ou je suis, je n'ai besoin que de vos pensées. Et je trouve dommage que toutes mes belles affaires ne servent plus, que mon sac de mash que je n'ai pu finir soit gâché. Moi qui étais si gourmand, qui ne laissais pas une graine et qui m'impatientais car Thierry s'y prenait parfois trop tard à le préparer et que je devais attendre pour le manger...

En reprenant vite un cheval, vous me prouverez que j'ai su être pour vous le meilleur ambassadeur de mon espèce.

Je suis au paradis des chevaux désormais, j'ai rejoint Guy et tant d'autres gentils chevaux qui y sont allés en laissant derrière eux leurs maîtres éplorés;

Je ne vous oublierai jamais; je sais que vous non plus.

ODIN, cheval de selle français (avril 1980 - octobre 2004), sous la plume de Catherine H.

Vous pouvez écouter un montage audio préparé par Patricia, reprenant une partie de ce texte, en cliquant ici (1,5 mégas, format wma - Windows Media Player).