La coordination pédagogique

Nous recevons et formons des stagiaires au sein de nos installations. Le rôle de Philippe Couthier, dans ce cas, est de :

· préparer le stagiaire à sa future fonction d'enseignement des activités équestres
· apprécier son comportement d'éducateur
· le conseiller dans les domaines techniques et pédagogiques dans le respect des règles déontologiques de la discipline
· l'aider à compléter sa formation
· rédiger le rapport de fin de stage qui est joint au livret de formation
· un bilan hebdomadaire avec le stagiaire et la tenue rigoureuse du livret de formation permettant un bon suivi

Nous nous engageons pour deux ans et sans négliger la rigueur professionnelle, il est évident que des relations conviviales et amicales se créent entre nous grâce à une collaboration étroite de notre part, mais aussi à une surveillance discrète.

Le stagiaire doit :

· Etre capable d'exploiter un cheval normalement dressé, mais ici s'y ajoute le débourrage. C'est important si le futur BEES veut se mettre à son compte.
· Etre capable d'user d'une pédagogie de base (initiation) orientée vers les disciplines équestres

Les stagiaires sortent en concours, ils acquièrent ainsi une expérience dans cette discipline, et cela, à mon avis, facilite leur intégration et leur responsabilisation au sein du club.

Nous sommes très attentifs aux résultats obtenus dans la partie théorique. Nous ne concevons une bonne instruction qu'avec une pédagogie construite, exprimée de façon correcte, avec un minimum de culture.

Philippe Couthier a une conception assez stricte de l'éthique de son métier : il essaie de leur inculquer le respect du cheval bien sûr, mais aussi du cavalier, et du personnel (palefreniers etc….) Il y a des traditions qui ont donné à notre spécialité ses titres de noblesse : politesse, correction, éducation, vont de pair avec équitation.

Nous essayons de leur montrer la responsabilité qu'ils ont en particulier avec les enfants : ils sont leur modèle, ne jamais l'oublier.