Les jeunes en difficulté

Le cheval support affectif exceptionnel


Les grandes agglomérations sont aujourd'hui dures à vivre, tout particulièrement pour les jeunes, souvent sans qualification et sans emploi, qui constituent la population majoritaire de ce qu'il est convenu d'appeler les quartiers sensibles.
Depuis quelques années, des investissements importants ont été réalisés pour améliorer le cadre de vie de ces quartiers sinistrés, mais encore faut-il ensuite savoir les animer.
C'est pourquoi le cheval, qui a toujours été considéré comme un moyen privilégie d'épanouissement de l'individu, pourrait être utilisé comme un vecteur d'animation des ces zones urbaines sensibles.
Les activités hippiques permettent de créer une intimité entre le jeune et sa monture, intimité qui entraîne les deux partenaires à une relation où chacun engage sa motricité et son affectivité. Le cavalier doit être capable de donner des directives à son cheval mais aussi de comprendre ses réponses. Il devra alors maîtriser sa peur ou son impulsivité, savoir s'imposer mais aussi récompenser.
La découverte du cheval doit donc être considérée non comme une fin mais un moyen d'implication des jeunes dans le monde organisé des adultes que beaucoup d'entre-eux rejettent. L'objectif est donc, par la pratique de l'équitation un support éducatif.
Ainsi, de nombreuses expériences, tant en Ile de France que dans d'autres régions, ont montré que des jeunes en difficulté d'insertion ont trouvé une motivation à découvrir le cheval, ses soins et sa pratique, mais surtout pour certains à s'impliquer au delà, dans la vie de la structure d'accueil. Ainsi, le cheval, par l'image qu'il véhicule, la fascination qu'il exerce, le respect naturel qu'il impose et la relation affective qu'il induit, est un outil de socialisation très efficace.
Les jeunes visés sont généralement en position d'échec scolaire, parfois même en rupture avec le système scolaire ou toute autre forme de structure existante (associations, maisons de quartiers, services municipaux….). Or, cette activité qui évolue au sein d'un groupe va aider le jeune à renouer des liens avec le tissu social. Elle va lui démontrer que le groupe, qui est souvent vécu comme un lieu de frustration, peut aussi devenir un lieu de gratification…Cette prise de confiance va permettre de développer chez le jeune la volonté, le courage et donc favoriser son insertion, que l'on pourrait définir comme la capacité à gérer sa propre vie en liaison avec le tissu social habituel.

L'équitation est aussi l'unique activité sportive qui met en jeu un animal. On comprend alors mieux pourquoi les sondages indiquent régulièrement que l'équitation est le sport que les gens souhaiteraient le plus pratiquer. Les bienfaits des activités équestres sont nombreux : en voici quelques uns :

· communiquer
Le cheval permet son apprentissage, puisque à un animal qui n'a pas l'outil du langage des mots, il faut apprendre à instaurer une nouvelle forme de dialogue, afin de se faire comprendre.

· s'épanouir
Le cheval et les sports équestres permettent d'éveiller et de développer la personnalité, tout en apprenant à coordonner ses mouvements, à mieux utiliser son corps et à maîtriser ses réactions.

· découvrir la nature
La découverte de la nature est l'un des aspects les plus riches de l'équitation, surtout pour les habitants de zones urbaines denses. Par l'intermédiaire du cheval, les jeunes apprennent à connaître et respecter la nature et ont l'occasion de se dépayser.

· des activités variées
Les activités équestres sont variées et permettent ainsi de satisfaire les goûts de chacun : horse-ball, attelage, voltiges, jeux, promenade ou disciplines traditionnelles ne sont que quelques exemples.

· se discipliner
L'équitation n'est pas synonyme de sévérité, mais elle apprend la rigueur, l'exigence et la persévérance, toute une série des valeurs utiles dans notre société. Le cheval impose naturellement le respect. Pas question de le narguer ou de le provoquer, il faut trouver des terrains d'entente……..


· être responsable
Mieux que tout autre sport, l'équitation développe le sens des responsabilités. En effet, l'outil est un animal vivant. Découvrir le cheval, ce n'est donc pas seulement apprendre à monter, mais s'en occuper : le panser, le soigner…. Le jeune se met d'autant plus volontiers à la tâche qu'il se crée rapidement des liens d'affectation.

· un sport ni trop cher, ni trop dangereux
Aujourd'hui l'équitation se démocratise. Seule la bombe est obligatoire ainsi que des chaussures adaptées avec un minimum de talons pour éviter que le pied ne se coince dans l'étrier. Statistiquement, il n'y a pas plus d'accident que dans d'autres sports. Mais, la chute peut faire partie du rude apprentissage.

Pour cela il est nécessaire d'avoir :

- une concertation obligatoire avec les adolescents, des la première séance, de façon à ce qu'ils comprennent que nous ne sommes pas là pour les défavoriser, les sous-estimer, ou les juger, mais au contraire pour les aider à s'épanouir. Il y en aura plusieurs, au fil des séances, pour faire le point, tous ensembles.
- une cavalerie adaptée, avec des chevaux bien dressés et obéissant à la voix, permettra un travail efficace dans de bonnes reprises.
- Un contact obligatoire avec la police, qui dans ce cas précis se montre tout à fait coopérative et compréhensive. Il est difficile d'obtenir des relations détendues et correctes, avec ces enfants qui, qu départ, ne respectent rien, que ce soit le moniteur, ou leurs responsables. De rebelles, ils deviendront confiants grâce à une pédagogie adaptée, parfois, il es vrai, difficile à maîtriser.

Pour y parvenir plusieurs choses sont indispensables:

a) rigueur et fermeté : " une main de fer dans un gant de velours " sont indispensables pour obtenir que des relations privilégiées s'établissent entre nous ; une attitude agréable de leur part, permet un bon fonctionnement des reprises et les amène à respecter le moniteur. Grâce à notre bonne volonté réciproque on arrive à éviter les blocages, qui seraient incontournables.
b) Bonne humeur, décontraction mais sérieux viennent à bout de leur arrogance - Enfin avoir un bon contact et savoir doser les plaisanteries, essentielles mais réfléchies. Tout ceci dans le respect des personnes et de leur entourage et dans la convivialité.

Certains rapports ont déjà démontré les effets bénéfiques de cette activité aussi bien du point de vue relationnel, grâce au contact important et nécessaire avec l'animal, qu'à l'obligation d'un travail d'équipe entraînant une responsabilisation individuelle bénéfique.
C'est un travail indispensable avec ces jeunes issus de milieux à risques, si l'on veut obtenir une réinsertion réussie.
Cette progression étudiée, réfléchie et pratique, va, petit à petit les transformer, et faire découvrir chez eux, une sensibilité cachée. Ce qui nous permet de les amener une semaine en randonnée, agréable, conviviale, ils ont enfin accepté l'autorité, et compris que tous ensemble on pouvait s'amuser, et non s'affronter. Nous leur confions des missions de confiance qui valorisent énormément ces enfants en état d'échec. C'est là pour nous une grande satisfaction.
D'autant que la prise de contact en début d'année est délicate : la diversité des origines ethniques nous oblige à une grande prudence, la moindre réflexion que nous jugons anodine, peut prendre des propositions inattendues et irrépressibles. Ils ont une hypersensibilité à tout ce qui peut avoir une connotation raciste, or justement, notre but est de leur faire oublier " leur différence ".

Nous tenons absolument à remercier, pour le travail excellent qu'ils font pour Cheval Insertion, les hommes de la Police Nationale qui nous conduisent les cavaliers - Cette aide est pour nous un des facteurs majeurs de la réussite, et l'assurance d'une continuité.